ONE STEP MORE AND YOU DIE

ONE STEP MORE AND YOU DIE
Gravure sur bois + aquarelle tirée à 5 exemplaires sur papier washi de Mr Sato.
Titre d’un album de Mono.
22×32 cm

Vu au Son’Art en 2005 avec les copains de Zukr en première partie. J’ai bien aimé mais pas au point de fouiller leur discographie sur le moment, chose que j’ai heureusement fini par faire des années plus tard.
C’est LE groupe de post-rock japonais. Formation classique, guitares-basse-batterie, blindé de reverbs, delays et distorsions auxquels ils rajoutent de temps à autres des cordes classiques (chose que je ne trouve pas toujours utile sur leur musique). Néanmoins ils ont cette petite touche très japonaise dans les mélodies et les émotions qui me parle énormément. Une espèce de mélancolie traditionnelle.
Bref, j’adore.

A écouter : tout

Morceaux pour découvrir : Nostalgia, Cyclone, Sabbath, A speeding car, Kanata, The flames beyond the cold mountain, Are you there ?, The land between tides / Glory

SEKAI NO OWARI

SEKAI NO OWARI

En français : « La fin du monde »
Caractères gravés : « Sekai no owari ha soko de matteru » (La fin du monde attend ici)
Gravure sur bois imprimée à l’encre de Chine à 5 exemplaires sur papier washi ultra fin de Mr Sato.
26×18 cm
Titre d’un morceau de Thee Michelle Gun Elephant sur l’album « Cult Grass Stars » (1996, Triad).
Découverts sur la bande son du film « Aoi Haru » (Blue Spring) de Toshiaki Toyoda, tiré du recueil d’histoires courtes « Printemps Bleu » (Editions Tonkam) de Taiyo Matsumoto. Tout y est parfait, la BD, le film et la musique.
TMGE définit son style comme du « japanese monster rythm and blues », a été actif une douzaine d’années, de 1991 à 2003, et s’est séparé au plus haut de sa popularité pour éviter de tourner en rond. A regarder le monde hallucinant présent lors de leur dernier concert on ne doute pas qu’ils auraient facilement pu profiter de leur succès pour continuer une carrière pépère et se remplir les poches.
Aucun espoir de reformation, le guitariste à la TeleCustom noire & rouge Futoshi Abe étant décédé en 2009.
Culte.
Pour la petite histoire du nom chelou, ça vient du bassiste de la formation originale qui, après avoir acheté sa place pour un concert de The Damned est revenu tout content, billet en main, en s’exclamant « C’est un billet pour Michelle Gun Elephant ! ». Non seulement pas très bon en anglais, il a également mélangé le nom de The Damned avec le nom de leur album « Machine Gun Etiquette ».

A écouter : tout
Morceaux pour découvrir : Sekai no Owari, Get up Lucy, Smoking Billy, Beat Specter Buchanan, Akage no Kelly, Drop, Candy House, Marion, Birdmen, Abakareta Sekai, GWD, West Cabaret Drive.

 

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :