Washi

AS HAPPY AS POSSIBLE

AS HAPPY AS POSSIBLE
Gravure sur bois tirée à 6 exemplaires sur papier washi ultra-fin de Mr Sato.
Titre du nom d’un album de Les Thugs sorti en 1993 chez Sub Pop.
24×17 cm

Ils s’appellent Les Thugs et ils viennent d’Angers.
Le seul groupe qui m’ait mis la chair de poule du début à la fin de leurs concerts (rien que d’y penser j’ai les poils des avants-bras qui se dressent). C’était magnifique, la puissance et l’énergie du punk boostés par un mur de guitares hypnotiques énorme, aux distorsions parfaitement dosées, qui vous enveloppait et vous emportait avec lui. Parlez-en à quelqu’un qui a déjà vu les Thugs en concert et vous verrez un sourire apparaître sur son visage immédiatement.
Une base toute simple : un riff hyper répétitif et entêtant sur laquelle se pose une mélodie qui emporte tout. Encore faut-il trouver le bon ton, les bonnes mélodies.
 Les Thugs viennent d’Angers, et ont dû sortir des disques aux Etats-Unis et tourner là-bas pour recevoir un début de reconnaissance en France, mais ils s’en foutaient et on continué à faire exactement pareil après que la presse commence à s’intéresser à eux, c’est-à-dire faire les choses à leur façon, avec humilité et simplicité, jusqu’à leur séparation en 1999. Ils feront un No-Reform Tour à l’occasion des 20 ans de Sub Pop à Seattle, avec quelques dates en France (petite cerise à la fin du concert de Bordeaux, Mr Moustache, mon groupe de l’époque, a eu droit à une petite dédicace parce qu’on reprenait « Allez les Filles » et ils étaient tombé sur la vidéo).

Les Patrons.

Au Japon les fleurs de cerisier sont le symbole de la fragilité de la vie, et donc de la mort, alors soyons « aussi heureux que possible », car la vie est éphémère.

A voir absolument : Le documentaire tourné à l’occasion du No-Reform Tour « Come On People! », un hymne à l’anti star system (2012, Crash Disques)
A écouter : tout, mais je conseille Strike (1996, Sub Pop) pour commencer (le premier que j’ai acheté, mon préféré).

GODSPEED

GODSPEED
Gravure sur bois tirée à 6 exemplaires sur deux types de papier washi rose par Mme et Mr Kano.
« Lift your skinny fists like antennas to heaven » est le nom d’un album de Godspeed You! Black Emperor sorti en 2000 chez Constellation Records et Kranky.
18×24 cm

Découverts juste avant de les voir en concert en 2003 lors d’un concert incroyable qui nous laissera sans voix tellement il a été intense. C’est la première fois que je voyais un concert mélangeant guitares électriques et instruments à cordes classiques, les musiciens disposés en demi-cercle, comme un orchestre, avec des images plus ou moins statiques et hypnotiques projetées au-dessus d’eux. La beauté d’un concert de musique classique, mais avec la puissance des instruments électriques.
La grande différence de leurs concerts avec ceux de classique, c’est la forme. La seule chose qui importe est la musique, il n’y a pas de lieu spécial, pas de tenue de scène, chacun vient comme il est, comme il veut, musicien comme spectateur. La seule distance entre le groupe et le public est le fait que les uns soient sur scène et jouent de la musique pendant que les autres écoutent.
Pour la petite anecdote, ce groupe Canadien tient son nom d’un documentaire japonais en noir et blanc sur les Black Emperors, une bande de motard.

Les Patrons.

A écouter : tout

Pour commencer : Le EP « Slow Riot For New ZerØ Kanada » (1999, Constellation Records), composé de deux morceaux, dont « Moya », une des plus belles montée de tous les temps.

LA PLUS PUISSANTE DU MONDE

LA PLUS PUISSANTE DU MONDE
Gravure tirée à 4 exemplaires sur plusieurs types de papier différents fabriqués par moi-même avec l’aide de Mme et Mr Kano.
22×33 cm
Titre d’un morceau d’Ô Paon sur l’album « Courses »

Des fois tu vas voir un concert pour un artiste ou un groupe en particulier et finalement c’est la première partie qui t’éblouit. Comme ça, sans crier gare. C’est ce qui nous est arrivé avec l’ami Demont alors qu’on était allé voir Earth, qui a donné un concert bien mais sans plus. Dylan Carlson a quand même pris le temps de nous causer tranquillement à la fin du concert en s’excusant de ne pas avoir joué plus longtemps, la faute au bateau-salle qui passait en mode boîte de nuit à 23h.
 On est arrivé un peu à la bourre et on a découvert la première partie, une jeune femme seule sur scène, à l’allure timide, en chemise à carreaux et cheveux gras. Petit à petit elle construisait ses morceaux en enregistrant des boucles de chants et de guitares, créant un moment intime et chaleureux, avec une voix douce et un léger accent canadien. Une magnifique découverte.
Egalement dessinatrice/illustratrice sous le nom de Geneviève Castrée, sa musique et ses oeuvres forment un tout cohérent et la lecture de sa BD autobiographique « Susceptible » (Éditions de l’Apocalypse) est fortement recommandée. Son autre nom de scène est Woelv.
Elle est décédée quelques années plus tard à l’âge de 35 ans, emportée par un cancer juste après avoir donné la vie.

A écouter en priorité : l’album « Courses » (2010). A noter qu’on peut y entendre Sophie Trudeau au violon et qu’il a été enregistré et mixé par Thierry Amar, tous deux membres de Godspeed You! Black Emperor et A Silver Mt. Zion.
Et après vous pouvez écouter tout le reste.

Could’ve Moved Mountains


COULD’VE MOVED MOUNTAINS
Tiré en 4 exemplaires sur papier washi de Mme et Mr Kano.
18×22 cm
Titre d’un morceau d’A Silver Mt. Zion sur l’album « Born into trouble as the sparks fly upward » (2001, Constellation Records).
Seule gravure sur linoleum (avec encre à taille douce) de l’exposition.

Gravure tirée de l’expo « Résonances », texte du fanzine sorti pour l’occasion.

La première (et seule) fois que j’ai vu A Silver Mount Zion en concert j’ai trouvé ça pas terrible, j’avais largement préféré les locaux de Z »ukr en première partie. J’y suis allé parce que j’avais adoré Godspeed You ! Black Emperor dont certains membres font partie, mais les chants m’avaient fait l’impression d’une espèce de chorale hippie douloureusement fausse.
Seuls « Born into trouble as the sparks fly upward » et « He has left us alone but shafts of light sometimes grace the corner of our rooms… » (aka les noms d’albums les plus chiants à retenir) m’intéressaient car essentiellement composés de morceaux instrumentaux. Et finalement, des années plus tard, j’ai commencé à écouter leurs albums avec chants et je suis totalement tombé dedans.

À écouter :
-He has left us alone but shafts of light sometimes grace the corner of our rooms… (2000, Constellation Records)
-Born into trouble as the sparks fly upward (2001, Constellation Records)
-Horses in the sky (2005, Constellation Records)

My My, Hey Hey

MY MY, HEY HEY
Gravure tirée à 4 exemplaires sur papier washi de Mr Sato.
28×26 cm
Titre d’un morceau de Neil Young & Crazy Horse sur l’album « Rust Never Sleeps » (1979, Reprise Records).

Gravure tirée de l’expo « Résonances », texte du fanzine sorti pour l’occase.

« It’s better to burn out than to fade away » (Il vaut mieux brûler que de s’éteindre à petit feu) est une phrase tirée de ce morceau.
Si à 73 ans Neil Young est toujours hyper actif c’est parce qu’il n’a jamais laissé le feu s’éteindre, préférant n’en faire artistiquement qu’à sa tête en permanence et quitter et réintégrer ses groupes régulièrement pour suivre sa propre voie et éviter de tourner en rond et s’empâter avec ses collègues. Buffalo Springfield, Crosby Stills Nash & Young (qui ont dû tirer la gueule en écoutant le morceau « Thrasher »), et même le Crazy Horse en ont fait les frais.
J’ai eu l’occasion de le voir deux fois, une avec une formation de vieux routards qui le suivent depuis des années et l’autre avec le Crazy Horse. Ces derniers étaient moins techniques et faisaient clairement des pains, mais leur symbiose avec Neil est totale. Le Cheval Fou, qui galope et porte son cavalier sans faiblir d’un bout à l’autre du concert, totalement à son service mais ne fait qu’un avec lui. À 60 balais passés ils étaient bien plus impressionnants que la majorité des groupes que j’ai vu jusque là.
Plutôt que de citer cette phrase dans sa lettre de suicide, Kurt Cobain aurait dû s’inspirer de la carrière du bonhomme et laisser Nirvana de côté pour se consacrer à autre chose au lieu de se tirer une balle dans la tronche.
Keep on rockin’ in the free world.

À écouter :
-Rust never sleeps (1979, Reprise Records)
-Zuma (1975, Reprise Records)
-On the beach (1974, Reprise Records)
-Everybody knows this is nowhere (1969, Reprise Records)
-Tonight’s the night(1975, Reprise Records)
-Live Rust (1979, , Reprise Records)
-Weld (1991, Reprise Records)
-Sleeps with angels (1994, Reprise Records)
-Dead man (1996, Vapor Records)
-Mirror ball (1995, Reprise Records/Epic)
-Buffalo Springfield (1966, Atco)
-Harvest (1972, Reprise Records)
-Ragged glory (1990, Reprise Records)
Et après il faut fouiller, il a bien dû sortir une cinquantaine d’albums et même si la qualité des albums est variable, il y a toujours une pépite par-ci par-là.

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :