Have A Lucky Day

HAVE A LUCKY DAY
Linogravure réalisée pour l’exposition “Résonances #2”, imprimée au baren (outil d’impression manuel japonais) sur papier washi Awagami, à l’encre à taille douce.
17×20 cm
Disponible sur Etsy.

   Je suis tombé complètement par hasard sur un concert de Morphine à la télé un soir dans les années 90. Le genre de moment de découvertes possible uniquement dans le monde d’avant internet, soit tu étais devant ta télé à l’instant de la diffusion, soit tu passais à côté, ou alors un pote l’avait enregistré sur une cassette vidéo et avait la bonne idée de partager.
Bref, première chose que je me suis dit quand j’ai vu la tête de Mark Sandman, le chanteur/bassiste, c’est qu’ils portaient bien leur nom. Et quand il est mort de crise cardiaque à 46 ans je n’ai pas été surpris, mais j’avoue avoir fait un délit de sale gueule et conclu rapidement que c’était un grand consommateur de drogues dures alors que ce n’était pas le cas apparemment (l’écrivain et journaliste Michael Azerrad a fait un article à ce sujet facilement trouvable sur le net).

Musicalement c’est assez noir et désabusé, une espèce de blues groovy déprimé entraîné par une basse à deux cordes, un sax baryton et une batterie. Envoûtant.

À écouter :
-Good sur l’album Good (1992, Rykodisc)
-The Saddest Song (1992, Rykodisc)
-Have A Lucky Day (1992, Rykodisc)
-Early to Bed sur l’album Like Swimming (1997, DreamWorks Records)