CAT POWER


CAT POWER
Nom de scène de Chan Marshall
Gravure sur bois imprimée à l’encre de Chine en 15 exemplaire sur papier washi artisanal de Mr Sato.
24×35 cm

 Quand faire de la musique est un besoin vital, ça donne les six premiers albums de Cat Power. Je ne vais pas revenir sur son passé compliqué, autant n’en retenir que ce qui est beau, mais j’adore ce genre de voix mue par l’énergie du désespoir, ce besoin absolu de faire sortir ses émotions. C’est un peu « chante ou crève ». Et elle a eu raison de chanter. Pas grand-chose de plus à dire, je retourne l’écouter.

A voir : « Speaking for trees », une camera posée dans un coin d’herbes où Chan Marshall joue seule avec sa Danelectro, comme une amie qui jouerait dans ton jardin.

A écouter en priorité :
-Myra Lee (1996, Smells Like Records)
-What would the community think (1996, Matador Records)
-Moon Pix (1998, Matador Records)
-The covers record (2000, Matador Records)
-You are free (2003, Matador Records)

THE BLACK CROW

THE BLACK CROW
Gravure sur bois tirée à 5 exemplaires sur papier washi de Mr Sato.
28×26 cm
Titre d’un morceau de Songs : Ohia tiré de l’album « The Lioness »

Songs : Ohia est le groupe de Jason Molina (il a eu aussi Magnolia Electric Co. auquel je n’ai jamais accroché). Mort seul et complètement alcoolique à 39 ans en laissant 19 albums derrière lui, on pourrait décrire sa musique comme un océan de tristesse et de mélancolie, et sa voix une lueur brillant au fond des abysses. Une amie m’a fait découvrir « The lioness » que j’ai tellement adoré que je n’ai même pas pensé à chercher d’autres albums de lui avant des années. A tort.
 Un super héros de la noirceur la plus douce qui soit.

A écouter : 
-Songs : Ohia, The Lioness (2000, Secretly Canadian)
-Songs : Ohia, Ghost Tropic (2000, Secretly Canadian)
-Songs : Ohia, The Magnolia Electric Co. (2003, Secretly Canadian) (qu’il utilisera comme nom de groupe ensuite)
-Jason Molina, Let Me Go, Let Me Go, Let Me Go (2006, Secretly Canadian)
Morceaux pour découvrir : The black crow, Let me go let me go let me go, I’ve been riding with the ghost, It’s easier now, Lioness, 7th street wonderland, Not just a ghost heart, Just be simple, The body burned away.

ONE STEP MORE AND YOU DIE

ONE STEP MORE AND YOU DIE
Gravure sur bois + aquarelle tirée à 5 exemplaires sur papier washi de Mr Sato.
Titre d’un album de Mono.
22×32 cm

Vu au Son’Art en 2005 avec les copains de Zukr en première partie. J’ai bien aimé mais pas au point de fouiller leur discographie sur le moment, chose que j’ai heureusement fini par faire des années plus tard.
C’est LE groupe de post-rock japonais. Formation classique, guitares-basse-batterie, blindé de reverbs, delays et distorsions auxquels ils rajoutent de temps à autres des cordes classiques (chose que je ne trouve pas toujours utile sur leur musique). Néanmoins ils ont cette petite touche très japonaise dans les mélodies et les émotions qui me parle énormément. Une espèce de mélancolie traditionnelle.
Bref, j’adore.

A écouter : tout

Morceaux pour découvrir : Nostalgia, Cyclone, Sabbath, A speeding car, Kanata, The flames beyond the cold mountain, Are you there ?, The land between tides / Glory