Kurent

En février avec tAk & Demont on est allé faire un concert dessiné à Ljubljana en Slovénie, et Adrien Demont nous a dégoté un carnaval à aller voir à Ptuj. Les tenues de kurent ressemblant à celle des ogres namahage de la région d’origine de mon père au Japon, il se doutait bien que ça allait m’intéresser !

Kurentovanje est le carnaval le plus populaire et le plus important sur le plan ethnologique de Slovénie, organisé pour la première fois en 1960 par Drago Hasl. Ce rite de 11 jours du printemps et de l’événement phare sur la fertilité est célébré le dimanche du gras à Ptuj, la plus ancienne ville documentée de la région, et attire environ 100 000 participants au total chaque année.
Sa figure principale, connue sous le nom de Kurent ou Korant , a été populairement (mais incorrectement) réinterprétée comme un dieu extravagant de plaisir et d’hédonisme effréné dans les premières coutumes slaves.
Dans le festival d’aujourd’hui, des groupes de kurents ou kurenti portent des vêtements traditionnels en peau de mouton tout en tenant des clubs en bois avec des peaux de hérisson attachées appelées ježevke , dont le bruit est censé “chasser l’hiver”. De cette façon, la présence de kurenti annonce la fin de l’hiver et le début du printemps. Être un kurent était au début un privilège offert uniquement aux hommes célibataires, mais aujourd’hui, les hommes mariés, les enfants et les femmes sont également invités à porter la tenue. (source : Wikipedia)