As Happy As Possible (Réimpression)

AS HAPPY AS POSSIBLE
(2ème tirage)
Xylogravure (gravure sur bois) réalisée pour l’exposition “Résonances”, imprimée au baren (outil d’impression manuel japonais) sur papier washi Awagami, à l’encre à taille douce.
Chaque impression est légèrement différente.
15×20 cm

Titre du nom d’un album de Les Thugs sorti en 1993 chez Sub Pop.

Ils s’appellent Les Thugs et ils viennent d’Angers.
Le seul groupe qui m’ait mis la chair de poule du début à la fin de leurs concerts (rien que d’y penser j’ai les poils des avants-bras qui se dressent). C’était magnifique, la puissance et l’énergie du punk boostés par un mur de guitares hypnotiques énorme, aux distorsions parfaitement dosées, qui vous enveloppait et vous emportait avec lui. Parlez-en à quelqu’un qui a déjà vu les Thugs en concert et vous verrez un sourire apparaître sur son visage immédiatement.
Une base toute simple : un riff hyper répétitif et entêtant sur laquelle se pose une mélodie qui emporte tout. Encore faut-il trouver le bon ton, les bonnes mélodies.
 Les Thugs viennent d’Angers, et ont dû sortir des disques aux Etats-Unis et tourner là-bas pour recevoir un début de reconnaissance en France, mais ils s’en foutaient et on continué à faire exactement pareil après que la presse commence à s’intéresser à eux, c’est-à-dire faire les choses à leur façon, avec humilité et simplicité, jusqu’à leur séparation en 1999. Ils feront un No-Reform Tour à l’occasion des 20 ans de Sub Pop à Seattle, avec quelques dates en France (petite cerise à la fin du concert de Bordeaux, Mr Moustache, mon groupe de l’époque, a eu droit à une petite dédicace parce qu’on reprenait « Allez les Filles » et ils étaient tombé sur la vidéo).

Les Patrons.

Au Japon les fleurs de cerisier sont le symbole de la fragilité de la vie, et donc de la mort, alors soyons « aussi heureux que possible », car la vie est éphémère.

A voir absolument : Le documentaire tourné à l’occasion du No-Reform Tour « Come On People! », un hymne à l’anti star system (2012, Crash Disques)
A écouter : tout, mais je conseille Strike (1996, Sub Pop) pour commencer (le premier que j’ai acheté, mon préféré).

Bathysphere

BATHYSPHERE
Xylogravure (gravure sur bois) réalisée pour l’exposition “Résonances”, imprimée au baren (outil d’impression manuel japonais) sur papier washi Awagami, à l’encre à taille douce.
Chaque impression est légèrement différente.
21×29,7 cm

Titre d’un morceau de Smog (Bill Callahan) sur l’album Wild Love (1995, Drag City).

J’ai découvert ce morceau grâce à la sublime reprise de Cat Power sur l’album « What Would the Community Think » (1996, Matador Records). J’en suis logiquement venu à écouter l’originale qui est un peu différente, plus rythmée mais tout aussi sublime. Un morceau fait pour me plaire, mélancolique, répétitif, avec une mélodie discrète mais obsédante. 
 J’ai un peu bloqué sur le morceau et du coup je n’ai pas écouté grand-chose d’autre de Smog, mais j’y viendrais un jour.

Bergerac

Concert dessiné sur les Yokai ce samedi 6 juillet à la gare mondiale de Bergerac, avec Rouge Gorge Rouge pour les 10 ans de Day Off Records !!
Et Adrien dédicacera ses livres à la fin du concert.
On a hâte !!
Et un grand merci à Franck pour cette vidéo de la nuit des Yôkai à la médiathèque de Coulanges à Gonesse !

楽しかった !!

Booooon, il s’est passé pas mal de trucs depuis la dernière news !
Ça me prend un peu plus de temps pour mettre les infos ici, du coup je le fais quand j’ai un peu de temps, mais en période de rush je poste uniquement sur Facebook et Instagram.

Pour commencer, je suis très content de voir ma musique accompagner la bande annonce de lancement du nouveau livre de mon amie Lauranne Quentric !

Les réimpressions se sont poursuivies en vue de monter à Paris pour les Journées de l’Estampe Contemporaine.

Avec Adrien Demont on a fait un concert dessiné à la Station Ausone de la librairie Mollat pour fêter la sortie de sa nouvelle BD, Buck, le chien perdu. Il a été diffusée en direct sur Youtube et devrait être remis en ligne sous peu.

Mon expo Résonances #2 à la Maison du Japon s’est finie, mais Résonances #1 est toujours visible à la Taupinière à Bordeaux jusqu’en juillet.

Je suis monté à Paris avec Marie-Atina Goldet, Pascale Binant et Iris Dickson pour les Journées de l’Estampe Contemporaine place Saint-Sulpice à Paris. Un super moment à rencontrer plein de monde !

Et enfin, super content d’avoir accueilli à nouveau les copains de Gargle qui nous venaient de Tokyo. L’orga de la soirée a été un peu compliquée mais le concert a pu avoir lieu dans une bonne ambiance malgré les déboires et c’est le principal ! Et ça nous a permis de découvrir la jolie musique d’ O. Papenheim.

 

Avec plaisir

Mais va falloir m’aider à trouver des contacts en Suisse 🇨🇭
Ou ailleurs, ça me va aussi
Merci à tous ceux qui me laissent des petits messages dans le livre d’or !

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :