linogravure

Eclats (Réimpression)


Eclats
(2ème tirage)

Linogravure imprimée à la main au baren (outil d’impression japonais) sur papier washi awagami (papier japonais traditionnel).
Disponible sur Etsy.

Inspiré d’un haiku d’Ueda Chôshû (1852-1932)

Fût-ce en mille éclats
Elle est toujours là
La lune dans l’eau

Sappy

SAPPY
Linogravure réalisée pour l’exposition “Résonances #2”, imprimée au baren (outil d’impression manuel japonais) sur papier washi Awagami, à l’encre à taille douce.
Disponible sur Etsy.

Nirvana est un des groupes que j’ai le plus écouté, farfouillant chez les disquaires pour dénicher les CD de concerts pirates ou les nombreuses compilations non officielles. J’étais juste un poil trop jeune pour les voir en concert. Même si je les écoute beaucoup moins aujourd’hui ça a été un des groupes les plus importants dans la bande-son de ma vie.
Sappy n’est sur aucun album, elle se trouvait à l’époque en chanson cachée sur la compilation « No Alternative », au profit de la recherche sur le sida, et sur tout un tas de CD pirates sous le nom de Verse Chorus Verse. J’ai toujours pensé que ce titre était juste une contraction des mots « sad » et « happy » et j’ai jamais vraiment compris ou cherché à comprendre les paroles. Il s’avère que Sappy était le nom de la tortue de Cobain et que ce morceau parle d’elle. Voilà.
Ça reste un de mes morceaux préférés de Nirvana.

Akkorokamui (Réimpression)

アッコロカムイ // Akkorokamui
(2ème tirage)
Linogravure imprimée à la main au baren (outil d’impression japonais) sur papier washi awagami (papier japonais traditionnel).
Disponible dans la boutique.

Akkorokamui est une pieuvre gigantesque du folklore de l’ethnie des Ainu. Il est supposé vivre dans la baie de Funka à Hokkaidō. Il est dit que son corps rouge est tellement énorme qu’il peut être vu à une très grande distance

Could’ve moved mountains (Réimpression)

COULD’VE MOVED MOUNTAINS
(2ème tirage)
Linogravure réalisée pour l’exposition “Résonances”, imprimée au baren (outil d’impression manuel japonais) sur papier washi Awagami, à l’encre à taille douce.
Disponible sur Etsy.

La première (et seule) fois que j’ai vu A Silver Mount Zion en concert j’ai trouvé ça pas terrible. J’y étais allé parce que j’avais adoré Godspeed You ! Black Emperor dont certains membres font partie, mais les chants m’avaient fait l’impression d’une espèce de chorale hippie douloureusement fausse. Néanmoins j’ai quand même persisté à m’intéresser à ce groupe.
Au début, seuls « Born into trouble as the sparks fly upward » et « He has left us alone but shafts of light sometimes grace the corner of our rooms… » (aka les noms d’albums les plus chiants à retenir) m’intéressaient car essentiellement composés de morceaux instrumentaux. Et finalement, des années plus tard, j’ai commencé à écouter leurs albums avec chants et je suis totalement tombé dedans.

Pour bien commencer :
-He has left us alone but shafts of light sometimes grace the corner of our rooms… (2000, Constellation Records)
-Born into trouble as the sparks fly upward (2001, Constellation Records)
-Horses in the sky (2005, Constellation Records)

Have A Lucky Day

HAVE A LUCKY DAY
Linogravure réalisée pour l’exposition “Résonances #2”, imprimée au baren (outil d’impression manuel japonais) sur papier washi Awagami, à l’encre à taille douce.
17×20 cm
Disponible sur Etsy.

   Je suis tombé complètement par hasard sur un concert de Morphine à la télé un soir dans les années 90. Le genre de moment de découvertes possible uniquement dans le monde d’avant internet, soit tu étais devant ta télé à l’instant de la diffusion, soit tu passais à côté, ou alors un pote l’avait enregistré sur une cassette vidéo et avait la bonne idée de partager.
Bref, première chose que je me suis dit quand j’ai vu la tête de Mark Sandman, le chanteur/bassiste, c’est qu’ils portaient bien leur nom. Et quand il est mort de crise cardiaque à 46 ans je n’ai pas été surpris, mais j’avoue avoir fait un délit de sale gueule et conclu rapidement que c’était un grand consommateur de drogues dures alors que ce n’était pas le cas apparemment (l’écrivain et journaliste Michael Azerrad a fait un article à ce sujet facilement trouvable sur le net).

Musicalement c’est assez noir et désabusé, une espèce de blues groovy déprimé entraîné par une basse à deux cordes, un sax baryton et une batterie. Envoûtant.

À écouter :
-Good sur l’album Good (1992, Rykodisc)
-The Saddest Song (1992, Rykodisc)
-Have A Lucky Day (1992, Rykodisc)
-Early to Bed sur l’album Like Swimming (1997, DreamWorks Records)

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :